Herbivore, carnivore, on connaît. Mais locavore?

photo d’une fillette et d'une jeune femme tenant une carafe et un verre de lait.Ouvrez votre vieux dictionnaire. Il serait étonnant que vous y trouviez le mot « locavore ». Son apparition récente est le reflet de notre conscience croissante des effets de nos habitudes de consommation personnelles sur le monde qui nous entoure. Mais être locavore, c’est aussi un moyen simple et sensé de s’alimenter sainement tout en ayant un impact écologique favorable, puisqu’il s’agit de « manger local ».

Sensible à cette nouvelle tendance, en mars 2008, le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario a décidé d’explorer ce nouvel appétit des résidents de la province pour les produits locaux.

Différents groupes de travail ont été mis sur pied, des enquêtes de suivi ont été menées, et toutes ces mesures ont permis de confirmer que les Ontariens et les Ontariennes embrassaient cette notion, mais qu’ils étaient aussi à la recherche d’une définition claire et limpide de ce qui constitue un « produit local ». Les nouvelles directives émises par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales sont sans équivoque : 90 % de tout aliment dit « local » doit avoir été produit dans la province, et les 10 % restants doivent provenir du Canada.

Chez Gay Lea Foods, la plus grande coopérative laitière de l’Ontario, nous avons accueilli favorablement cette nouvelle, puisqu’il y a de fortes chances qu’un client bien informé devienne un client fidèle. Notre coopérative appartient à 1200 exploitants de fermes laitières de l’Ontario, qui ensemble assurent l’exploitation de six usines de transformation où sont traités 374 millions de litres de lait annuellement. Autrement dit, la coopérative Gay Lea donne pratiquement tout son sens à la définition de « production locale ».

Parce que nos usines sont réparties un peu partout en Ontario et ne sont jamais bien loin des pâturages luxuriants caractéristiques de la province, le lait que nous traitons nous arrive fraîchement de la ferme en quelques heures à peine. Ainsi, nous limitons notre « empreinte carbone » tout en offrant à tous nos clients l’assurance d’une qualité irréprochable.

Que vous optiez pour du lait, de la crème, du beurre, du fromage, de la crème sure, du fromage cottage ou de la crème fouettée, le nom Gay Lea sur l’emballage est votre gage de fraîcheur. Il vous donne la satisfaction d’avoir aidé des familles et des agriculteurs de l’Ontario, indispensables au maintien du mode de vie que vous appréciez, et l’assurance d’avoir fait votre part pour Dame nature et pour la planète Terre.

Qu’est-ce qu’on rumine chez Gay Lea?

Inscrivez-vous gratuitement à notre bulletin rempli de recettes de saison, de rabais exclusifs, de conseils et de bien d’autres projets et idées!


You can unsubscribe at any time.

L’histoire de Gay Lea

Cela vous surprendra peut-être, mais Gay Lea Foods est une coopérative de plus de 1200 fermiers – ce qui représente environ le quart des exploitants de fermes laitières de l'Ontario – comptant cinq usines de production à Toronto, Madoc, Mississauga, Guelph et Teeswater. Nous produisons une vaste gamme de produits laitiers sains dont du lait, des trempettes, du beurre, de la crème sure, de la crème fouettée et du fromage cottage.

lire la suite

Agriculteurs

Mary Ann Doré

Mary Ann croit fermement en l’importance d’assurer le confort des vaches et en l’exploitation agricole écoénergétique. À la ferme familiale de New Dundee, l’eau est chauffée grâce à l’énergie solaire et du fumier composté recouvre le sol des stalles où logent leurs 60 vaches laitières.

lire la suite